Le dépistage de la maculopathie diabétique

L’examen du fond d’œil permet souvent de détecter des signes évocateurs de la maculopathie diabétique. Il peut se faire selon deux modalités :

  • Par ophtalmoscopie avec dilatation de la pupille: dans ce cas, il est réalisé par l’ophtalmologiste. Indolore, il peut toutefois entraîner une gêne visuelle durant quelques heures.
  • Par photographie numérique sans dilatation de la pupille : (au moyen d’un rétinographe non mydriatique), ce nouveau mode de dépistage est aujourd’hui disponible en France. Il  présente de nombreux avantages (simple, rapide, indolore et pris en charge par l’Assurance maladie). Il repose sur la coordination entre un professionnel de santé spécialement formé (orthoptiste notamment) et un ophtalmologiste. La photographie numérique du fond d’œil est réalisée par le professionnel de santé qui envoie ensuite les clichés à l’ophtalmologiste pour analyse.

D’autres examens complémentaires au fond d’œil peuvent être réalisés pour affiner le diagnostic :

    • L’OCT (Tomographie en Cohérence Optique) qui utilise un principe de balayage du fond d’œil par un spot lumineux et fournit des images en coupe de la rétine. Cet examen détecte de façon plus fine l’épaississement maculaire et permet en particulier de préciser le degré, la localisation et l’évolution de l’œdème maculaire.
    • L’angiographie rétinienne qui comporte l’injection d’un produit de contraste dans une veine de l’avant-bras. Quelques secondes plus tard, ce colorant atteint la région oculaire. Il imprègne transitoirement le fond d’œil dont il révèle ainsi les détails (la rétine, ses vaisseaux, leurs anomalies éventuelles…), qu’une série de photographies permet de fixer et d’analyser.

 Pour connaître la liste des centres de dépistage partenaires des Journées de la macula